Cet article a été relevé sur le site :

http://www.gandalf.it/garbugli/ame.htm (In italiano su questo sito)

Où vous le trouverez traduit en italien et en sept autres langues

 

Ces dernières années, j'ai connu plus de gens sur le Net que de n'importe quelle autre façon. Certaines de ces rencontres sont devenues de vraies amitiés. Au travers du Net, j'ai connu des personnes, par celle-ci, j'en ai ensuite rencontré d'autres mais c'est le Net qui est à l'origine. Parfois, ces personnes vivent très loin de moi (pour nous rencontrer il nous faudrait un voyage). Parfois, elles sont près de moi mais sans le Net on ne se serait jamais aperçu l'un de l'autre. Il nous arrive, de temps en temps, de parler ensemble de cette façon de se connaître et le sujet est fascinant pour plusieurs aspects.

On rencontre une personne qu'on ne peut ni voir ni toucher. Avant de la voir, on connaît ses pensées, son caractère, sa personnalité et un rapport, un intérêt réciproque, un échange d'opinion et d'émotions naissent. Le désir de se rencontrer se fait de plus en plus grand et un jour, finalement, on se voit. La question rituelle est : - Est-ce que je suis si différent de comment tu m'avais imaginé ?

En bref, on se connaît de façon inverse à celle habituelle, d'abord l'âme et puis le corps. Il n'est pas vrai que si on se voit avant, et puis qu'on se parle, on se connaît mieux. Souvent, la rencontre physique est déviante, elle cache ou ralentit la connaissance avec l'âme et l'esprit. Il y a des gens qui se fréquentent depuis vingt ans, peut-être dorment-ils dans le même lit mais ils ne se connaissent pas vraiment. 'Ma femme (mon mari) ne me comprend pas', excuse classique des infidèles. Ce n'est pas seulement un mensonge, le rapprochement physique n'est pas nécessairement compréhension et dialogue, il peut même devenir un obstacle.

Des choses assez curieuses et intéressantes arrivent sur le Net. Il y a des personnes qui, dans leurs messages, m'ont parlé d'elles-mêmes avec grande sincérité, partageant leurs émotions, confessant leurs doutes et leurs sentiments, doutes et sentiments qu'elles hésiteraient probablement à me dire si nous étions 'physiquement' dans la même pièce. Souvent, l'absence du corps n'éloigne pas, au contraire, elle rapproche, comme si se dépouiller des défenses dans un monde de mots, apparemment abstrait, était moins embarrassant, moins risqué que quand on se regarde dans les yeux. Il y a un certain type de magie dans cette rencontre d'âmes libres qui seulement plus tard s'incarnent ! Quand nous rencontrons la personne physiquement, nous en avons déjà une image intérieure, notre façon de la percevoir est différente, parce que quand nous regardons le 'dehors', nous savons déjà ce qui est à l'intérieur.

Bien évidemment, je ne veux pas dire que la rencontre, d'abord sur le Net et puis physiquement, soit toujours mieux que le contraire. Parfois, c'est une expérience meilleure et plus riche, parfois non. Mais ce n'est pas une façon plus faible ou artificielle de se rencontrer, comme les personnes qui n'ont jamais été sur le Net peuvent imaginer. Sans doute, c'est une expérience nouvelle et intéressante. Il est extraordinaire de découvrir comment une personne peut se révéler par sa façon de s'exprimer, de réagir, de dialoguer ou de rester en silence. Il est fascinant de découvrir le caractère, le style, la personnalité de quelqu'un que nous n'avons jamais vu et, ensuite, de vérifier quand on se rencontre à quel point notre image correspondait à la réalité. D'habitude, on ne se trompe pas. Quelquefois, l'aspect physique peut nous surprendre, toutefois, le caractère et la personnalité, sont presque toujours exactement comme nous l'avions perçu.

Ceci pourrait être un bon remède à une certaine tendance qui donne bien trop d'importance aux apparences. Aujourd'hui, on vit dans une culture des images. D'un côté, à cause de l'emphase qu'on donne à l'aspect extérieur, de l'autre, à cause de la télévision. Aussi, on risque souvent de penser qu'une personne est ce qu'elle semble, que l'apparence physique, même la façon de s'habiller, soient l'identité.

Peut-être un jour le Net perdra-t-il sa magie. Avec une largeur de bande beaucoup plus grande que celle que l'on a aujourd'hui, peut-être se rencontrera-t-on sur l'écran. De nouveau l'aspect régnera, et d'une forme encore plus perverse, parce qu'une image projetée est souvent plus construite que le contact physique direct. Mais jusqu'à ce qu'on continue à 'se rencontrer' par des mots et pensées, nous aurons le privilège de connaître d'abord l'âme et puis le corps.

Ceci n'est pas une chose totalement nouvelle. L'histoire est pleine d'amis et d'amants qui s'envoyaient des lettres et des messages même s'ils se fréquentaient souvent. Combien de fois deux amoureux sentent le besoin de s'échanger de petits billets doux bien qu'ils se voient chaque jour ?

Mais l'art de l'écriture était en train de disparaître dans un monde de téléphones. Avec le Net nous l'avons redécouvert. Souvent, on écrit des choses simples, même stupides, on plaisante ou on ne parle de rien en particulier. Qu'est-ce qu'il y a de mal à cela ? C'est une façon pour unir nos âmes, pour partager nos pensées, ce qui a une grande valeur en soi sans considération des contenus.

Probablement, la raison la plus importante pour laquelle j'aime être sur le Net est celle-là : il me permet d'être 'plus humain'.

Giancarlo Livraghi - Février 1997 -

 

Retour au menu - Livre d'Or

 

© L'histoire d'Amour d'Ale et Desiderenzia
http://www.desiderenzia.net